mardi 26 avril 2011

L'HOMME DE KIEV



Un film de John Frankenheimer
Avec Alan Bates, Dirk Bogarde et Ian Holm
Année : 1968
Durée : 2h12
Origine : TVrip
Infos : http://www.imdb.com/title/tt0062977/awards

ÇA RACONTE L'HISTOIRE : En russie, en 1910, malgré la révolution, le pays continue de vivre sous le joug du tsarisme. Absence de liberté et antisémitisme se côtoient au quotidien et rythme la politique répressive du pays. Et c'est par pur racisme que Yakov Bok, un simple ouvrier va se retrouver accusé de vol. Jour après jour, Yakov va être interrogé et torturé, dans le but de lui faire avouer un crime qu'il n'a pas commis. 






POURQUOI IL FAUT LE VOIR ? Tout d'abord parce que L'HOMME DE KIEV est réalisé par John  Frankenheimer, et que c'est un de ses films les moins populaire - et pourtant l'un des plus féroces et des plus importants. Ensuite, parce que le film est écrit par Dalton Trumbo (JOHNNY S'EN VA T-EN GUERRE) et s'inspire de la célèbre affaire Beilis : en 1913, Menahem Mendel Beilis a été accusé à tort d'avoir assassiné un jeune garçon ukrainien, pour cause de prétendu "crime rituel". 
Egalement parce que le film est tout entier soutenu par la formidable prestation d'Alan Bates, tour à tour solide et volontaire, fragile et poignant. Une prestation tellement puissante et habitée que bates fut nommé à l'Oscar du Meilleur Acteur !
Mais aussi parce que le reste du casting est vraiment impeccable : Ian Holm dans la peau d'un fonctionnaire sadique et Dirk Bogarde dans celle de l'avocat de Bok. 
Parce que L'HOMME DE KIEV est un film engagé, militant, qui s'inscrit dans la grande tradition des oeuvres politiques de dénonciations d'injustices comme L'AVEU ou MIDNIGHT EXPRESS.
Enfin, parce que ce grand film bouleversant et rageur,  est toujours inédit en DVD ! 

9 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Je me rappelle l'avoir vu aux Dossiers de l'écran, le jour de la mort de Pompidou. Je m'en souviens comme si c'était hier : le héros est dans son minuscule cachot qui se remplit d'eau ; on comprend qu'inéluctablement il va se noyer et là, coupure !

    Un journaliste nous annonce la mort du président Pompidou. Saisissant.

    RépondreSupprimer
  3. Un Frankenheimer que je n'ai jamais vu et je m'en délecte déjà, merci beaucoup pour ce partage...

    RépondreSupprimer
  4. Ce soir sans faute !
    Sinon je prône une grève de téléchargement !
    Et merci (punaise, j'ai jamais dit autant merci de ma vie ! Arf !)

    RépondreSupprimer
  5. @ Mallox : tu es le même Mallox que sur psychovision ?

    RépondreSupprimer
  6. John Frankenheimer un réalisateur inégal mais souvent intéressant, je prends avec grand plaisir, merci bien.

    RépondreSupprimer
  7. C'est un pur chef d'oeuvre, merci le goon.

    RépondreSupprimer
  8. Vu récemment en VOD: excellent film. Je trouve la rencontre de Bok (Bates) avec le juge d'instruction (Bogard) fascinante.
    Merci pour ce post le goon, et bravo pour ton commentaire synthétique et objectif.
    Vivement une sortie DVD.
    A+

    RépondreSupprimer